Résultats élections législatives 2024 – 2ème tour – 2e circonscription – Les Albres

Le président de la République a fixé le premier tour des élections législatives au dimanche 30 juin, soit tout juste 20 jours après le décret de dissolution de l’Assemblée nationale. Le second tour, dans les circonscriptions où aucun député n’aura été élu au premier tour, aura lieu une semaine plus tard, le dimanche 7 juillet. Seule exception : à cause du décalage horaire, les électeurs sont convoqués avec 24 heures d’avance dans certains territoires d’Outre-Mer, comme la Guadeloupe, la Martinique ou la Guyane. Ils voteront donc les 29 juin et 6 juillet.

Les électeurs votent pour élire les 577 députés français, dans 577 circonscriptions. Il y actuellement 539 circonscriptions en France métropolitaine, 19 dans les départements et régions d’outre-mer, 8 dans les collectivités d’outre-mer et 11 pour les Français de l’étranger. Chaque député représente au niveau national les électeurs de sa circonscription.

Pour voter, il faut :
➥ être de nationalité française,
➥ jouir de ses droits civils et politiques,
➥ être âgé d’au moins 18 ans,
➥ être inscrit sur les listes électorales.
Les personnes qui n’étaient pas inscrites sur les listes électorales le lundi 10 juin ne peuvent pas voter. En revanche, celles qui fêtent leurs 18 ans d’ici au 29 juin inclus, veille du premier tour, peuvent bien participer au vote, leur inscription sur les listes électorales étant automatique, à condition d’avoir fait le recensement citoyen à 16 ans.

L’élection se fait au scrutin uninominal majoritaire à deux tours dans les circonscriptions.
➥ Pour être élu au premier tour, un candidat doit obtenir 50% des suffrages exprimés et un nombre de voix au moins égal à 25% du nombre des électeurs inscrits.
➥ Si aucun des candidats ne remplit ces conditions, les deux arrivés en tête sont auto­matiquement qualifiés pour un second tour. Et ceux qui dépassent 12,5% des inscrits – même en troisième ou quatrième position – peuvent se maintenir au second tour. Au second tour, est élu celui qui remporte le plus de voix, quelle que soit la participation.

Les députés sont élus pour cinq ans, sauf en cas de dissolution de l’Assemblée nationale par le Président de la République, qui dispose du pouvoir de provoquer des élections anticipées. Mais, même dans ce cas, l’article 12 de la Constitution précise qu’il « ne peut être procédé à une nouvelle dissolution dans l’année qui suit ces élections ». Chaque candidat désigne un suppléant qui peut le remplacer s’il ne peut plus exercer son mandat ou si, par exemple, il rentre au gouvernement.

Les députés, avec les sénateurs, forment le pouvoir législatif : ce sont eux qui rédigent et votent les lois. Ils peuvent aussi saisir le Conseil constitutionnel afin d’en vérifier la constitutionnalité. Ils ont enfin un pouvoir de contrôle de l’exécutif, qui peut aller jusqu’au vote d’une motion de censure pour renverser le gouvernement.

Députés comme sénateurs touchent une indemnité mensuelle de 7637,39 euros bruts par mois, alignée sur le traitement des très hauts fonctionnaires du Conseil d’État. Cette rémunération permet « à tout citoyen de pouvoir prétendre entrer au Parlement et garantit aux élus les moyens de se consacrer, en toute indépendance, aux fonctions dont ils sont investis », souligne le site de l’Assemblée nationale. D’autres moyens sont fournis pour « leur permettre d’exercer leur mandat » : des frais de mandat et un crédit affecté à la rémunération de collaborateurs.

Le député bénéficie d’un « statut protecteur », destiné à « lui assurer l’indépendance et la liberté d’expression nécessaires à l’exercice de son mandat », donc d’éviter la corruption. Cela passe par l’immunité parlementaire durant son mandat. Comme l’indique la Constitution, « aucun membre du parlement ne peut être poursuivi, recherché, arrêté, détenu ou jugé à l’occasion des opinions ou votes émis par lui dans l’exercice de ses fonctions ». Un député ne peut pas faire l’objet d’une arrestation ou de toute autre mesure privative ou restrictive de liberté (contrôle judiciaire) sans l’autorisation du Bureau, sauf les cas de crime ou délit flagrant, ou de condamnation définitive. Parallèlement, un député ne peut pas cumuler certaines fonctions (sénateur, ministre, avocat…) avec son mandat.

Oui. Le statut du député le protège légalement, donc en contrepartie, il doit la transparence à ses électeurs et à l’Assemblée. Le député doit ainsi déclarer son patrimoine en début et en fin de mandat, afin de vérifier que son exercice n’a pas été source d’enrichissement. Il doit aussi effectuer une déclaration d’intérêts et d’activités, également publique, afin de vérifier la compatibilité entre le mandat parlementaire et une activité professionnelle.

Depuis la publication du décret de dissolution de l’Assemblée nationale, il n’y a plus de députés élus. Les textes en cours d’examen et non adoptés deviennent caducs comme le projet de loi sur la fin de vie. Après les législatives, l’Assemblée nationale se réunira « de plein droit le deuxième jeudi qui suit son élection », donc le 18 juillet. Si cette réunion a lieu en dehors de la période prévue pour la session ordinaire, « une session est ouverte de droit pour une durée de quinze jours ».

Pour vous tenir informés, cet article autour du sujet « Les ALBRES », vous est fourni par les-albres.fr. Cette chronique a été reproduite de la manière la plus complète qui soit. Vous pouvez écrire en utilisant les coordonnées inscrites sur le site web pour indiquer des détails sur ce contenu sur le thème « Les ALBRES ». La raison d’être de les-albres.fr est de discuter autour de Les ALBRES dans la transparence en vous donnant la connaissance de tout ce qui est publié sur ce thème sur la toile Dans les prochaines heures notre équipe publiera d’autres infos autour du sujet « Les ALBRES ». Alors, visitez de manière régulière notre site.

Vendredi 21 juin

Voici une liste non-exhaustive d’idées de sortie, pour tous les goûts, de ce week-end des 21, 22 et 23 juin 2024 aux quatre coins de l’Aveyron. 

Vendredi 21 juin

Arvieu. Fête de la musique : scène ouverte aux talents locaux, à 20 heures.
La Bastide-l’Évêque. Exposition « La cuisine médiévale » à la médiathèque et à l’office de tourisme.
Bozouls. Exposition « Atelier Boz’arts », à l’espace Denys-Puech.
Brommat. Exposition d’Eric Cabanis « Vivre à Brommat », à la salle Bruel.
Capdenac-Gare. Concert Ublo, à 21 h 30, sous la halle.
Clairvaux-d’Aveyron. Concours de pétanque, à 20 h 30.
Conques. – Exposition photos de Dominique Loof, « Conques, chemins d’encre, chemins de lumière », à la librairie Chemins d’encre.
– Balade(s) en trio et balade chorégraphique et musicale, à 19 heures, au vestige du cloître.
Cransac. – Atelier d’herboristerie, à 15 h 30, aux anciens thermes.
Entraygues-sur-Truyère. – Exposition de Michel Dumas « Passeur d’ineffable », jusqu’au dimanche 29 septembre, au musée du Veinazès.
Espeyrac. – Spectacle « Barrez » de la compagnie C’Hoari, à 19 heures, à l’auberge des 3-Dazes.
Estaing. – Exposition d’art : enluminures contemporaines et les portraits de Sophie Vayrou, jusqu’au dimanche 30 juin, à la médiathèque.
Le Fel. – 17e Festival de sculpture céramique « Arabia Now » jusqu’au jeudi 12 septembre, au Don du Fel.
Florentin-la-Capelle. – Concert avec le groupe Chapeau de paille (restauration sur place), à 19 h 30, dans le bourg.
Golinhac. – Concert avec « Les Mal Barrés » et feu de la Saint-Jean (restauration possible sur place), à 20 h 30, place du village.
Laissac. – « L’Harmonie de Marcillac » dans les rues et le groupe « Anka » au bar restaurant La Patche, à 20 heures.
Luc-la-Primaube. – Animation musette avec Sylvie Pullès, à 18 h 30, sur la place de l’Etoile à La Primaube.
– Concert avec le groupe « Black Light » (restauration sur place) et grand écran pour le match, à 21 heures, à la salle des fêtes.
Marcillac-Vallon. – Fête de la musique avec « DJ Set by Leylo », à 18 heures. sur la place du Cruou.
Montsalès. – Exposition « Les artistes du Causse », jusqu’au mercredi 31 juillet de 16 heures à 19 heures, à la galerie de la Tour.
Mur-de-Barrez. – Exposition « Ciel nomade ». Découverte du ciel nocturne de l’Aubrac, jusqu’au samedi 31 août, dans la Grand rue et la rue de l’Eglise.
Pont-de-Salars. – Exposition « La Seconde Guerre mondiale », du jeudi 20 au dimanche 30 juin, à l’agence d’attractivité et de développement touristique du Lévézou.
– Concerts : « Berzinc », « Les Dés Accordés », « Ac’Loustics », « DJ Vics » – restauration et grand écran, à 19 heures, à l’Oustal de Jeanne.
Réquista. – Gala de danse de l’école de danse de l’Association familiale du Réquistanais, du vendredi 21 au samedi 22, à 21 heures, à la salle de spectacle.
Rodez. – Exposition Métamorphose (peinture et sculpture), jusqu’au dimanche 28 juillet , de 14 h à 18 h 30, à la galerie Bshop.
– Exposition « Oeuvres d’art refuges situées sur le chemin de Compostelle » jusqu’au samedi 28 septembre à la galerie Sainte-Catherine.
– Exposition des œuvres de Muriel Matt, jusqu’au samedi 6 juillet, à la galerie Annotiau.
– Exposition intitulée   »Café de la paix photographies » jusqu’au dimanche 14 juillet, au café de la Paix.
– Exposition « L’Ethiopie : la vallée des stèles », jusqu’au dimanche 3 novembre, au musée Fenaille.
– Classe de formation musicale, à 18 h 15, à l’auditorium du conservatoire.
– Concert avec « les Barbles » et « The Djaboss », à 19 heures, chez Armand, 4, rue Saint- Amans.
– Concert Ensemble à vent cycle 1, à 18 heures, au kiosque à musique au jardin public.
– Concert « Ensemble musiques actuelles », à 19 heures sur le parvis du conservatoire.
– Exposition de Jeanne Lacombe, de 15 heures à 18 h 30, à la galerie Réplique.
– Fête de la musique : le conservatoire de musique (clarinettistes), à 17 heures, cour Jean-Moulin (préfecture).
– Fête de la musique : « Les Squatteurs du blues » (patients et soignants du centre de réhabilitation psychosociale de Rodez), à 17 h 45, dans la cour Jean-Moulin.
– Harpes et clowns, à 17 h 30, à la médiathèque.
– Orchestre à l’école Ramadier et Gourgan, à 15 heures, place de la préfecture.
– Orgue à 17 heures à la cathédrale Notre-Dame.
Saint-Chély-d’Aubrac.
– Exposition « Au cœur de la nature » de Cathy Cavalier, peinture, jusqu’au 23 juin, à la maison de l’Aubrac.
– Exposition « Méditations au cœur de la nature », jusqu’au dimanche 23, à la maison de l’Aubrac.
Saint-Jean-Delnous. – Scène ouverte à tout musicien ou groupe de musique, de 18 h à minuit.
Salles-la-Source. – Exposition « L’âme du vin chantait dans les bouteilles », jusqu’au dimanche 7 juillet.
Sauveterre-de-Rouergue.
– Exposition « Métiers à créer. Artistes – Artisans ? », jusqu’au dimanche 30 juin, au musée.
Tayrac.
– Exposition de l’artiste Didier Estival et de sept autres artistes, jusqu’au dimanche 30 juin, de 14 h à 19 h, à la Cabane.
Thérondels.
– Feu de la Saint-Jean, à 19 heures, au plan d’eau de la Cazournie.
Trémouilles.
– Exposition « Désobéir pour sauver », jusqu’au dimanche 30 juin, devant l’école.
– Soirée animé par Véronique Pomiès (restauration sur place).
Vabre-Tizac.
– Fête de la musique avec Guillaume & Léon, L’Ophicléïde, La Super Totoche, à 17 heures, place du village.
– Marché gourmand des producteurs locaux, à 18 h, place du village.
Villefranche-de-Rouergue.
– Chorale approxilative, populaire et participative des « Amys’gdales et leurs glottes joyeuses », à 19 h 30, à l’Atmosphère, 47, rue de la République.
– Concert de musiciens villefranchois et des environs, à 20 h 30. à la collégiale.
– Concert avec « Pop et variétés » et « Le chœur des jeunes et l’Ensemble vocal », au théâtre.
Villeneuve-d’Aveyron.
– Concert avec le groupe local « Why Not », food trucks et une buvette sur place, à 19 heures, place de Conques.

Samedi 22 juin

Ambeyrac.
– Exposition « De la pierre et des hommes », jeux et énigmes dans le Claux, de 10 heures à 19 heures, à la salle des fêtes.
La Bastide-l’Évêque.
– Exposition « La cuisine médiévale », jusqu’au vendredi 20 septembre. a la médiathèque et à l’office de tourisme.
Belcastel.
– Apéro concert avec « Sambras » et feu de la Saint-Jean, à 21 heures.
Bozouls.
– Exposition Atelier Boz’Arts, du jeudi 20 juin au dimanche 30, à l’espace Denys-Puech.
Brommat.
– Exposition d’Eric Cabanis « Vivre à Brommat », jusqu’au dimanche 15 septembre. à la salle Bruel.
Le Cayrol.
– Apéro concert avec « Les Barrés » et bal gratuit avec « Héléna » (food trucks sur place pour restauration), à 19 heures, à Anglars-du-Cayrol.
Centrès.
– Exposition « Artificielle apesanteur » de Nicolas Sanhes, du samedi 22 juin au dimanche 22 septembre, au château de Taurines.
Conques.
– Exposition photos de Dominique Loof « Conques, chemins d’encre, chemins de lumière », jusqu’au dimanche 30, à la librairie Chemins d’encre.
Cruéjouls.
– Apéro concert (restauration sur place), à 19 h, place de l’église.
Druelle.
– Apéro bandas animé par « Les Fanfarons du Ségala », restauration sur place avec Street Burger, à 19 heures, à Ampiac.
Entraygues-sur-Truyère.
– Exposition de Michel Dumas « Passeur d’ineffable », jusqu’au dimanche 29 septembre, au musée du Veinazès.
– Théâtre en Viadène présente « Charles Le Conquérant », à 15 h.
Espalion.
– Projection du court métrage Bougnats, à 14 h 30, au Rex.
– Visites guidées sur les cuivres et poteries et usages d’antan en Rouergue, à 16 heures, au musée des Mœurs et Coutumes.
Estaing.
– Exposition d’art : enluminures contemporaines et les portraits de Sophie Vayrou, jusqu’au dimanche 30 juin, à la médiathèque.
– Atelier yoga, sophrologie, QI gong, dégustation consciente, relaxation sonore, à 14 heures, la salle des fêtes.
– Concert lyrique « So Romantic », à 18 heures, à l’église.
Le Fel.
– 17e Festival de sculpture xéramique « Arabia Now », jusqu’au jeudi 12 septembre, au Don du Fel.
Lacroix-Barrez.
– Concert avec Lolo suivi de Guillaume Fric et son accordéon et bal disco (restauration sur place), à 19 heures.
Lédergues.
– Animation musicale avec  »Les Mastok’s », « Villelongue » et « Honey 2 », à 17 heures, à la Recyclerie.
– Atelier recyclage en famille, à 17 heures, à la Recyclerie.
Lestrade-et-Thouels.
– Théâtre avec  »Les brise pieds », à 15 heures, à la salle polyvalente.
Luc-la-Primaube.
– Soirée 100 % musique, à 18 heures, à l’Espace Saint-Exupéry à La Primaube.
Manhac.
– Pièce « Vive les mariés » présentée par « Déviation 88 », à 20 h 30, à la salle des fêtes.
Montsalès.
– Exposition « Les artistes du Causse », jusqu’au mercredi 31 juillet de 16 heures à 19 heures à la galerie de la Tour.
Mur-de-Barrez.
– Exposition « Ciel nomade », découverte du ciel nocturne de l’Aubrac, jusqu’au samedi 31 août, dans la Grand rue et la rue de l’église.
– Apéro concert et repas des producteurs de pays, à 19 heures.
– Ateliers créatifs, initiation à la peinture, à la sculpture sur bois, peinture sur galet ou bois, de 15 heures à 18 heures.
– Bal trad’avec le groupe « L’Arlésienne », spectacle équestre et pyrotechnie, à 22 heures.
– Déambulation équestre dans les rues, à 18 h 30. au parc de la Corette.
– Visite guidée du sentier de l’imaginaire « Brin d’malice », de 15 h 30 à 17 h 30. Départ de la place de Monaco.
Naucelle.
– « Tremplin des Cent vallées » avec Aurélia ⸱ Oley, Renaud R., La Flèche Accord Perdu, E.S. Daqui, Antes & Madzes,
Le Nayrac.
– Spectacle de danse du club « Rythme danse » d’Espalion, à 20 heures, à l’espace multiculturel.
Peyrusse-le-Roc.
– Concert Alberi Sonori, à 20 h 30, place des Treize-Vents.
Réquista.
– Gala de danse de l’école de danse de l’association familiale du Réquistanais, du vendredi 21 au samedi 22 à 21 heures. à la salle de spectacle.
Rodez.
– Exposition Métamorphose (peinture et sculpture), jusqu’au dimanche 28 juillet, de 14 heures à 18 h 30, à la galerie Bshop.
– Exposition « Oeuvres d’art refuges situées sur le chemin de Compostelle », jusqu’au samedi 28 septembre, à la galerie Sainte-Catherine.
– Exposition des œuvres de Muriel Matt, jusqu’au samedi 6 juillet, à la galerie Annotiau.
– Exposition intitulée « Café de la paix photographies », jusqu’au dimanche 14 juillet, au café de la Paix.
– Exposition « L’Ethiopie : la vallée des stèles », jusqu’au dimanche 3 novembre, au musée Fenaille.
– Concert avec le groupe « Trium » au Haras.
– Exposition de Jeanne Lacombe, de 10 h 30 à 12 h 30 et de 15 h à 18 h 30, à la galerie Réplique.
– Exposition « Il y a bien eu un futur » de Lucio Fontana, du samedi 22 juin au dimanche 3 novembre, au musée Soulages.
– Théâtre avec la troupe « Stichomythie & Compagnie », à 15 heures et à 20 heures, au théâtre Saint-Jo (ancienne chapelle).
Saint-Chély-d’Aubrac.
– Exposition « Au cœur de la nature » de Cathy Cavalier, peinture, jusqu’au dimanche 23 juin, à la maison de l’Aubrac.
Saint-Christophe-Vallon.
– Feu de la Saint-Jean, à 20 heures, au terrain de quilles.
Saint-Just-sur-Viaur.
– Brassucade (moules/frites ou saucisses/frites) avec animations disco, à 19 heures.
Saint-Saturnin-de-Lenne.
– Repas champêtre animé par Olivier Teyssèdre, à 20 h 30, à La Roque-Valzergues.
Sainte-Geneviève-sur-Argence.
– Trail et randonnée (barrage de Sarrans et tunnel Labarthe), à 17 heures, au centre culturel.
Salles-la-Source.
– Exposition « L’âme du vin chantait dans les bouteilles » jusqu’au dimanche 7 juillet.
– Animation  »L’eau, utile à tous » : démonstrations d’artisanats et atelier d’initiation, du samedi 22 au dimanche 23, de 14 h à 18 h.
– Démonstration de taille de pierre calcaire, du samedi 22 au dimanche 23, de 14 h à 18 h.
Sauveterre-de-Rouergue.
– Exposition « Métiers à créer. Artistes – Artisans ? », jusqu’au dimanche 30 juin au musée.
Sébrazac.
– Concours de belote, à 21 heures, à la salle des fêtes.
Taussac.
– Concours de pétanque, à 14 heures, au centre de secours à Bel Air.
Tayrac.
– Exposition de l’artiste Didier Estival et de sept autres artistes, jusqu’au dimanche 30 juin, de 14 h à 19 h, à la Cabane.
Trémouilles.
– Exposition « Désobéir pour sauver », jusqu’au dimanche 30 juin devant l’école.
– Soirée animée par Véronique Pomiès (restauration sur place),
Villefranche-de-Rouergue.
– Concert avec « Pop et variétés » et « Le chœur des jeunes et l’Ensemble vocal », au théâtre.
Villeneuve-d’Aveyron.
– Festival retro de danse et de musique avecdeux groupes : « Nashville 1950 » et « Rock’ccitanie », à 21 heures, à la salle des fêtes.
– Grande parade de véhicules militaires WW2, à 17 heures.

Dimanche 23 juin

Les Albres. – Kermesse de l’école et jeux gonflables (restauration sur place), à 11 h 30, à la salle des fêtes.
– Déjeuner tripes et tête de veau, à 8 heures, à la salle des fêtes.
Ambeyrac.
– Initiation le bal trad, de 15 heures à 17 heures.
– Présentation/échanges « Des dolmens et des hommes », à 10 h 30.
Baraqueville.
– Puces et brocante estivales, tous les mois, le 4ème dimanche jusqu’au 22 septembre de 7 h à 13 h.
– Marchés aux Puces, de 7 h à 13 h. place François-Mitterrand.
La Bastide-l’Évêque.
– Exposition La cuisine médiévale, jusqu’au vendredi 20 septembre, à la médiathèque et à l’office de tourisme.
Bozouls.
– Exposition Atelier Boz’Arts, du jeudi 20 au dimanche 30, à l’espace Denys- Puech.
Brommat.
– Exposition d’Eric Cabanis « Vivre à Brommat », jusqu’au dimanche 15 septembre, à la salle Bruel.
Centrès.
– Exposition Artificielle apesanteur de Nicolas Sanhes, du samedi 22 juin au dimanche 22 septembre, au château de Taurines.
Conques.
– Exposition photos de Dominique Loof « Conques, chemins d’encre, chemins de lumière », jusqu’au dimanche 30. à la librairie Chemins d’encre.
Druelle.
– Repas Paëlla et animations enfants, à midi.
Ampiac.
– Spectacle de danse folklorique, à 15 h 30. 
– Visite du Prieuré du Sauvage, de 14 h à 18 h 30. 
Entraygues-sur-Truyère.
– Exposition de Michel Dumas « Passeur d’ineffable », jusqu’au dimanche 29 septembre. au musée du Veinazès.
– Concert Elodie Frieh et Claude Gosse, à 15 h 30.
Espalion.
– Jeu de piste « La malette du collectionneur », de 14 heures à 16 heures, au musée.
– Visites guidées sur les cuivres et poteries et usages d’antan en Rouergue, de 15 heures à 17 heures, au musée des Moeurs et Coutumes.
Estaing.
– Exposition d’art : enluminures contemporaines et les portraits de Sophie Vayrou, jusqu’au dimanche 30 juin, à la médiathèque.
Le Fel.
– 17e Festival de Sculpture Céramique « Arabia Now », jusqu’au jeudi 12 septembre, au Don du Fel.
Laissac.
– Vide-greniers, de 7 heures à 18 heures sur l’esplanade du Foirail.
Luc-la-Primaube.
– Spectacle soirée 100 % danse : flamenco, danse du soleil, claquettes, modern jazz, à 16 h 30, à l’Espace Saint-Exupéry à La Primaube.
Montsalès.
– Exposition « Les artistes du Causse », jusqu’au mercredi 31 juillet de 16 heures à 19 heures, à la galerie de la Tour.
Mur-de-Barrez.
– Exposition « Ciel nomade », découverte du ciel nocturne de l’Aubrac, jusqu’au samedi 31 août, dans la Grand rue et la rue de l’Eglise.
Le Nayrac.
– Représentation théâtrale « Charles Le Conquérant » du club de théâtre du collège de Saint-Amans-des-Cots, à 15 heures, à l’espace multiculturel.
Olemps.
– Concours de pétanque en doublette, à 14 heures, au terrain des 4-Vents.
Pont-de-Salars.
– Exposition « La Seconde Guerre mondiale », du jeudi 20 au dimanche 30, à l’agence d’attractivité et de développement touristique du Lévézou.
Réquista.
– Déjeuner aux tripous, à 8 h.
– Déjeuner aux tripous ou à la tête de veau, de 8 h à 14 h, à l’hôpital Bellegarde.
Rodez.
– Exposition « Métamorphose » (peinture et sculpture), jusqu’au dimanche 28 juillet de 14 h à 18 h 30. à la galerie Bshop.
– Exposition « Oeuvres d’art refuges situées sur le chemin de Compostelle », jusqu’au samedi 28 septembre, à la galerie Sainte-Catherine.
– Exposition des oeuvres de Muriel Matt, jusqu’au samedi 6 juillet, à la galerie Annotiau.
– Exposition intitulée « Café de la paix Photographies » jusqu’au dimanche 14 juillet, au café de la Paix.
– Exposition « L’Ethiopie : la vallée des stèles », jusqu’au dimanche 3 novembre. au musée Fenaille.
– Exposition « Il y a bien eu un futur » de Lucio Fontana, du samedi 22 juin au dimanche 3 novembre. au musée Soulages.
Saint-Amans-des-Cots.
– Fête de la musique : avec les ateliers de L’O et scène ouverte à tous, à 17 h 30, devant la médiathèque (ou salle des fêtes si pluie).
Saint-Chély-d’Aubrac.
– Exposition « Au coeur de la nature » de Cathy Cavalier, peinture, jusqu’au dimanche 23 juin, à la maison de l’Aubrac.
– Exposition « Méditations au coeur de la nature », jusqu’au dimanche 23, à la maison de l’Aubrac.
Saint-Saturnin-de-Lenne.
– Déjeuner aux tripous, à 8 heures à La Roque-Valzergues.
Salles-la-Source.
– Exposition « L’âme du vin chantait dans les bouteilles », jusqu’au dimanche 7 juillet.
– Animation « L’eau, utile à tous » : démonstrations d’artisanats et atelier d’initiation, du samedi 22 au dimanche 23 de 14 heures à 18 heures.
– Démonstration de taille de pierre calcaire, du samedi 22 au dimanche 23 de 14 heures à 18 heures.
Sauveterre-de-Rouergue.
– Exposition « Métiers à créer. Artistes – Artisans ? », jusqu’au dimanche 30 au musée.
Sénergues.
– Concert avec Séverine Cros, Manu Bello, François Vidament, Savignoni Jean Sylvain, à 17 h, à la chapelle de Montarnal.
Tayrac.
– Exposition de l’artiste Didier Estival et de 7 autres artistes, jusqu’au dimanche 30 de 14 heures à 19 heures, à la Cabane.
Trémouilles.
– Exposition « Désobéir pour sauver », jusqu’au dimanche 30 devant l’école.
– Soirée animé par Véronique Pomiès (restauration sur place),
Villecomtal.
– Vide-greniers, de 7 heures à 18 heures, rue de l’Horloge.
Villefranche-de-Rouergue.
– Repas champêtre et fau de la Saint-Jean animé par l’orchestre Didier Malyezin, à 20 heures, au Calvaire.
– Concert avec « Pop et variétés » et « Le chœur des jeunes et l’Ensemble vocal » au théâtre.
Villeneuve-d’Aveyron.
– Concert « Choeur à voies mixtes » interprétera « l’Ave verum » de Mozart, à 17 h 30, à l’église.
– Expositions de véhicules, de matériel militaire, des objets du quotidien pendant la seconde guerre mondiale, des uniformes, de 9 heures à 17 heures au Foirail.
– Festival retro de danse et de musique avec deux groupes : « Nashville 1950 » et « Rock’ccitanie », à 21 heures, à la salle des fêtes.
– Rando-spectacles en compagnie d’artistes aveyronnais, à 10 heures.
Vimenet.
– Concert avec le choeur départemental de l’Aveyron et l’ouganiste Georges- Lartigau « Mozart et les lumières », à 17 heures.

Pour vous tenir informés, cet article autour du sujet « Les ALBRES », vous est fourni par les-albres.fr. Cette chronique a été reproduite de la manière la plus complète qui soit. Vous pouvez écrire en utilisant les coordonnées inscrites sur le site web pour indiquer des détails sur ce contenu sur le thème « Les ALBRES ». La raison d’être de les-albres.fr est de discuter autour de Les ALBRES dans la transparence en vous donnant la connaissance de tout ce qui est publié sur ce thème sur la toile Dans les prochaines heures notre équipe publiera d’autres infos autour du sujet « Les ALBRES ». Alors, visitez de manière régulière notre site.

Résultats élections européennes 2024 – Bouillac

Le président de la République a fixé le premier tour des élections législatives au dimanche 30 juin, soit tout juste 20 jours après le décret de dissolution de l’Assemblée nationale. Le second tour, dans les circonscriptions où aucun député n’aura été élu au premier tour, aura lieu une semaine plus tard, le dimanche 7 juillet. Seule exception : à cause du décalage horaire, les électeurs sont convoqués avec 24 heures d’avance dans certains territoires d’Outre-Mer, comme la Guadeloupe, la Martinique ou la Guyane. Ils voteront donc les 29 juin et 6 juillet.

Les électeurs votent pour élire les 577 députés français, dans 577 circonscriptions. Il y actuellement 539 circonscriptions en France métropolitaine, 19 dans les départements et régions d’outre-mer, 8 dans les collectivités d’outre-mer et 11 pour les Français de l’étranger. Chaque député représente au niveau national les électeurs de sa circonscription.

Pour voter, il faut :
➥ être de nationalité française,
➥ jouir de ses droits civils et politiques,
➥ être âgé d’au moins 18 ans,
➥ être inscrit sur les listes électorales.
Les personnes qui n’étaient pas inscrites sur les listes électorales le lundi 10 juin ne peuvent pas voter. En revanche, celles qui fêtent leurs 18 ans d’ici au 29 juin inclus, veille du premier tour, peuvent bien participer au vote, leur inscription sur les listes électorales étant automatique, à condition d’avoir fait le recensement citoyen à 16 ans.

L’élection se fait au scrutin uninominal majoritaire à deux tours dans les circonscriptions.
➥ Pour être élu au premier tour, un candidat doit obtenir 50% des suffrages exprimés et un nombre de voix au moins égal à 25% du nombre des électeurs inscrits.
➥ Si aucun des candidats ne remplit ces conditions, les deux arrivés en tête sont auto­matiquement qualifiés pour un second tour. Et ceux qui dépassent 12,5% des inscrits – même en troisième ou quatrième position – peuvent se maintenir au second tour. Au second tour, est élu celui qui remporte le plus de voix, quelle que soit la participation.

Les députés sont élus pour cinq ans, sauf en cas de dissolution de l’Assemblée nationale par le Président de la République, qui dispose du pouvoir de provoquer des élections anticipées. Mais, même dans ce cas, l’article 12 de la Constitution précise qu’il « ne peut être procédé à une nouvelle dissolution dans l’année qui suit ces élections ». Chaque candidat désigne un suppléant qui peut le remplacer s’il ne peut plus exercer son mandat ou si, par exemple, il rentre au gouvernement.

Les députés, avec les sénateurs, forment le pouvoir législatif : ce sont eux qui rédigent et votent les lois. Ils peuvent aussi saisir le Conseil constitutionnel afin d’en vérifier la constitutionnalité. Ils ont enfin un pouvoir de contrôle de l’exécutif, qui peut aller jusqu’au vote d’une motion de censure pour renverser le gouvernement.

Députés comme sénateurs touchent une indemnité mensuelle de 7637,39 euros bruts par mois, alignée sur le traitement des très hauts fonctionnaires du Conseil d’État. Cette rémunération permet « à tout citoyen de pouvoir prétendre entrer au Parlement et garantit aux élus les moyens de se consacrer, en toute indépendance, aux fonctions dont ils sont investis », souligne le site de l’Assemblée nationale. D’autres moyens sont fournis pour « leur permettre d’exercer leur mandat » : des frais de mandat et un crédit affecté à la rémunération de collaborateurs.

Le député bénéficie d’un « statut protecteur », destiné à « lui assurer l’indépendance et la liberté d’expression nécessaires à l’exercice de son mandat », donc d’éviter la corruption. Cela passe par l’immunité parlementaire durant son mandat. Comme l’indique la Constitution, « aucun membre du parlement ne peut être poursuivi, recherché, arrêté, détenu ou jugé à l’occasion des opinions ou votes émis par lui dans l’exercice de ses fonctions ». Un député ne peut pas faire l’objet d’une arrestation ou de toute autre mesure privative ou restrictive de liberté (contrôle judiciaire) sans l’autorisation du Bureau, sauf les cas de crime ou délit flagrant, ou de condamnation définitive. Parallèlement, un député ne peut pas cumuler certaines fonctions (sénateur, ministre, avocat…) avec son mandat.

Oui. Le statut du député le protège légalement, donc en contrepartie, il doit la transparence à ses électeurs et à l’Assemblée. Le député doit ainsi déclarer son patrimoine en début et en fin de mandat, afin de vérifier que son exercice n’a pas été source d’enrichissement. Il doit aussi effectuer une déclaration d’intérêts et d’activités, également publique, afin de vérifier la compatibilité entre le mandat parlementaire et une activité professionnelle.

Depuis la publication du décret de dissolution de l’Assemblée nationale, il n’y a plus de députés élus. Les textes en cours d’examen et non adoptés deviennent caducs comme le projet de loi sur la fin de vie. Après les législatives, l’Assemblée nationale se réunira « de plein droit le deuxième jeudi qui suit son élection », donc le 18 juillet. Si cette réunion a lieu en dehors de la période prévue pour la session ordinaire, « une session est ouverte de droit pour une durée de quinze jours ».

Pour vous tenir informés, cet article autour du sujet « Les ALBRES », vous est fourni par les-albres.fr. Cette chronique a été reproduite de la manière la plus complète qui soit. Vous pouvez écrire en utilisant les coordonnées inscrites sur le site web pour indiquer des détails sur ce contenu sur le thème « Les ALBRES ». La raison d’être de les-albres.fr est de discuter autour de Les ALBRES dans la transparence en vous donnant la connaissance de tout ce qui est publié sur ce thème sur la toile Dans les prochaines heures notre équipe publiera d’autres infos autour du sujet « Les ALBRES ». Alors, visitez de manière régulière notre site.

Résultats élections européennes 2024 – Montredon

Le président de la République a fixé le premier tour des élections législatives au dimanche 30 juin, soit tout juste 20 jours après le décret de dissolution de l’Assemblée nationale. Le second tour, dans les circonscriptions où aucun député n’aura été élu au premier tour, aura lieu une semaine plus tard, le dimanche 7 juillet. Seule exception : à cause du décalage horaire, les électeurs sont convoqués avec 24 heures d’avance dans certains territoires d’Outre-Mer, comme la Guadeloupe, la Martinique ou la Guyane. Ils voteront donc les 29 juin et 6 juillet.

Les électeurs votent pour élire les 577 députés français, dans 577 circonscriptions. Il y actuellement 539 circonscriptions en France métropolitaine, 19 dans les départements et régions d’outre-mer, 8 dans les collectivités d’outre-mer et 11 pour les Français de l’étranger. Chaque député représente au niveau national les électeurs de sa circonscription.

Pour voter, il faut :
➥ être de nationalité française,
➥ jouir de ses droits civils et politiques,
➥ être âgé d’au moins 18 ans,
➥ être inscrit sur les listes électorales.
Les personnes qui n’étaient pas inscrites sur les listes électorales le lundi 10 juin ne peuvent pas voter. En revanche, celles qui fêtent leurs 18 ans d’ici au 29 juin inclus, veille du premier tour, peuvent bien participer au vote, leur inscription sur les listes électorales étant automatique, à condition d’avoir fait le recensement citoyen à 16 ans.

L’élection se fait au scrutin uninominal majoritaire à deux tours dans les circonscriptions.
➥ Pour être élu au premier tour, un candidat doit obtenir 50% des suffrages exprimés et un nombre de voix au moins égal à 25% du nombre des électeurs inscrits.
➥ Si aucun des candidats ne remplit ces conditions, les deux arrivés en tête sont auto­matiquement qualifiés pour un second tour. Et ceux qui dépassent 12,5% des inscrits – même en troisième ou quatrième position – peuvent se maintenir au second tour. Au second tour, est élu celui qui remporte le plus de voix, quelle que soit la participation.

Les députés sont élus pour cinq ans, sauf en cas de dissolution de l’Assemblée nationale par le Président de la République, qui dispose du pouvoir de provoquer des élections anticipées. Mais, même dans ce cas, l’article 12 de la Constitution précise qu’il « ne peut être procédé à une nouvelle dissolution dans l’année qui suit ces élections ». Chaque candidat désigne un suppléant qui peut le remplacer s’il ne peut plus exercer son mandat ou si, par exemple, il rentre au gouvernement.

Les députés, avec les sénateurs, forment le pouvoir législatif : ce sont eux qui rédigent et votent les lois. Ils peuvent aussi saisir le Conseil constitutionnel afin d’en vérifier la constitutionnalité. Ils ont enfin un pouvoir de contrôle de l’exécutif, qui peut aller jusqu’au vote d’une motion de censure pour renverser le gouvernement.

Députés comme sénateurs touchent une indemnité mensuelle de 7637,39 euros bruts par mois, alignée sur le traitement des très hauts fonctionnaires du Conseil d’État. Cette rémunération permet « à tout citoyen de pouvoir prétendre entrer au Parlement et garantit aux élus les moyens de se consacrer, en toute indépendance, aux fonctions dont ils sont investis », souligne le site de l’Assemblée nationale. D’autres moyens sont fournis pour « leur permettre d’exercer leur mandat » : des frais de mandat et un crédit affecté à la rémunération de collaborateurs.

Le député bénéficie d’un « statut protecteur », destiné à « lui assurer l’indépendance et la liberté d’expression nécessaires à l’exercice de son mandat », donc d’éviter la corruption. Cela passe par l’immunité parlementaire durant son mandat. Comme l’indique la Constitution, « aucun membre du parlement ne peut être poursuivi, recherché, arrêté, détenu ou jugé à l’occasion des opinions ou votes émis par lui dans l’exercice de ses fonctions ». Un député ne peut pas faire l’objet d’une arrestation ou de toute autre mesure privative ou restrictive de liberté (contrôle judiciaire) sans l’autorisation du Bureau, sauf les cas de crime ou délit flagrant, ou de condamnation définitive. Parallèlement, un député ne peut pas cumuler certaines fonctions (sénateur, ministre, avocat…) avec son mandat.

Oui. Le statut du député le protège légalement, donc en contrepartie, il doit la transparence à ses électeurs et à l’Assemblée. Le député doit ainsi déclarer son patrimoine en début et en fin de mandat, afin de vérifier que son exercice n’a pas été source d’enrichissement. Il doit aussi effectuer une déclaration d’intérêts et d’activités, également publique, afin de vérifier la compatibilité entre le mandat parlementaire et une activité professionnelle.

Depuis la publication du décret de dissolution de l’Assemblée nationale, il n’y a plus de députés élus. Les textes en cours d’examen et non adoptés deviennent caducs comme le projet de loi sur la fin de vie. Après les législatives, l’Assemblée nationale se réunira « de plein droit le deuxième jeudi qui suit son élection », donc le 18 juillet. Si cette réunion a lieu en dehors de la période prévue pour la session ordinaire, « une session est ouverte de droit pour une durée de quinze jours ».

Pour vous tenir informés, cet article autour du sujet « Les ALBRES », vous est fourni par les-albres.fr. Cette chronique a été reproduite de la manière la plus complète qui soit. Vous pouvez écrire en utilisant les coordonnées inscrites sur le site web pour indiquer des détails sur ce contenu sur le thème « Les ALBRES ». La raison d’être de les-albres.fr est de discuter autour de Les ALBRES dans la transparence en vous donnant la connaissance de tout ce qui est publié sur ce thème sur la toile Dans les prochaines heures notre équipe publiera d’autres infos autour du sujet « Les ALBRES ». Alors, visitez de manière régulière notre site.

Résultats élections européennes 2024 – Peyrusse-le-Roc

Le président de la République a fixé le premier tour des élections législatives au dimanche 30 juin, soit tout juste 20 jours après le décret de dissolution de l’Assemblée nationale. Le second tour, dans les circonscriptions où aucun député n’aura été élu au premier tour, aura lieu une semaine plus tard, le dimanche 7 juillet. Seule exception : à cause du décalage horaire, les électeurs sont convoqués avec 24 heures d’avance dans certains territoires d’Outre-Mer, comme la Guadeloupe, la Martinique ou la Guyane. Ils voteront donc les 29 juin et 6 juillet.

Les électeurs votent pour élire les 577 députés français, dans 577 circonscriptions. Il y actuellement 539 circonscriptions en France métropolitaine, 19 dans les départements et régions d’outre-mer, 8 dans les collectivités d’outre-mer et 11 pour les Français de l’étranger. Chaque député représente au niveau national les électeurs de sa circonscription.

Pour voter, il faut :
➥ être de nationalité française,
➥ jouir de ses droits civils et politiques,
➥ être âgé d’au moins 18 ans,
➥ être inscrit sur les listes électorales.
Les personnes qui n’étaient pas inscrites sur les listes électorales le lundi 10 juin ne peuvent pas voter. En revanche, celles qui fêtent leurs 18 ans d’ici au 29 juin inclus, veille du premier tour, peuvent bien participer au vote, leur inscription sur les listes électorales étant automatique, à condition d’avoir fait le recensement citoyen à 16 ans.

L’élection se fait au scrutin uninominal majoritaire à deux tours dans les circonscriptions.
➥ Pour être élu au premier tour, un candidat doit obtenir 50% des suffrages exprimés et un nombre de voix au moins égal à 25% du nombre des électeurs inscrits.
➥ Si aucun des candidats ne remplit ces conditions, les deux arrivés en tête sont auto­matiquement qualifiés pour un second tour. Et ceux qui dépassent 12,5% des inscrits – même en troisième ou quatrième position – peuvent se maintenir au second tour. Au second tour, est élu celui qui remporte le plus de voix, quelle que soit la participation.

Les députés sont élus pour cinq ans, sauf en cas de dissolution de l’Assemblée nationale par le Président de la République, qui dispose du pouvoir de provoquer des élections anticipées. Mais, même dans ce cas, l’article 12 de la Constitution précise qu’il « ne peut être procédé à une nouvelle dissolution dans l’année qui suit ces élections ». Chaque candidat désigne un suppléant qui peut le remplacer s’il ne peut plus exercer son mandat ou si, par exemple, il rentre au gouvernement.

Les députés, avec les sénateurs, forment le pouvoir législatif : ce sont eux qui rédigent et votent les lois. Ils peuvent aussi saisir le Conseil constitutionnel afin d’en vérifier la constitutionnalité. Ils ont enfin un pouvoir de contrôle de l’exécutif, qui peut aller jusqu’au vote d’une motion de censure pour renverser le gouvernement.

Députés comme sénateurs touchent une indemnité mensuelle de 7637,39 euros bruts par mois, alignée sur le traitement des très hauts fonctionnaires du Conseil d’État. Cette rémunération permet « à tout citoyen de pouvoir prétendre entrer au Parlement et garantit aux élus les moyens de se consacrer, en toute indépendance, aux fonctions dont ils sont investis », souligne le site de l’Assemblée nationale. D’autres moyens sont fournis pour « leur permettre d’exercer leur mandat » : des frais de mandat et un crédit affecté à la rémunération de collaborateurs.

Le député bénéficie d’un « statut protecteur », destiné à « lui assurer l’indépendance et la liberté d’expression nécessaires à l’exercice de son mandat », donc d’éviter la corruption. Cela passe par l’immunité parlementaire durant son mandat. Comme l’indique la Constitution, « aucun membre du parlement ne peut être poursuivi, recherché, arrêté, détenu ou jugé à l’occasion des opinions ou votes émis par lui dans l’exercice de ses fonctions ». Un député ne peut pas faire l’objet d’une arrestation ou de toute autre mesure privative ou restrictive de liberté (contrôle judiciaire) sans l’autorisation du Bureau, sauf les cas de crime ou délit flagrant, ou de condamnation définitive. Parallèlement, un député ne peut pas cumuler certaines fonctions (sénateur, ministre, avocat…) avec son mandat.

Oui. Le statut du député le protège légalement, donc en contrepartie, il doit la transparence à ses électeurs et à l’Assemblée. Le député doit ainsi déclarer son patrimoine en début et en fin de mandat, afin de vérifier que son exercice n’a pas été source d’enrichissement. Il doit aussi effectuer une déclaration d’intérêts et d’activités, également publique, afin de vérifier la compatibilité entre le mandat parlementaire et une activité professionnelle.

Depuis la publication du décret de dissolution de l’Assemblée nationale, il n’y a plus de députés élus. Les textes en cours d’examen et non adoptés deviennent caducs comme le projet de loi sur la fin de vie. Après les législatives, l’Assemblée nationale se réunira « de plein droit le deuxième jeudi qui suit son élection », donc le 18 juillet. Si cette réunion a lieu en dehors de la période prévue pour la session ordinaire, « une session est ouverte de droit pour une durée de quinze jours ».

Pour vous tenir informés, cet article autour du sujet « Les ALBRES », vous est fourni par les-albres.fr. Cette chronique a été reproduite de la manière la plus complète qui soit. Vous pouvez écrire en utilisant les coordonnées inscrites sur le site web pour indiquer des détails sur ce contenu sur le thème « Les ALBRES ». La raison d’être de les-albres.fr est de discuter autour de Les ALBRES dans la transparence en vous donnant la connaissance de tout ce qui est publié sur ce thème sur la toile Dans les prochaines heures notre équipe publiera d’autres infos autour du sujet « Les ALBRES ». Alors, visitez de manière régulière notre site.

Résultats élections européennes 2024 – Livinhac-le-Haut

Le président de la République a fixé le premier tour des élections législatives au dimanche 30 juin, soit tout juste 20 jours après le décret de dissolution de l’Assemblée nationale. Le second tour, dans les circonscriptions où aucun député n’aura été élu au premier tour, aura lieu une semaine plus tard, le dimanche 7 juillet. Seule exception : à cause du décalage horaire, les électeurs sont convoqués avec 24 heures d’avance dans certains territoires d’Outre-Mer, comme la Guadeloupe, la Martinique ou la Guyane. Ils voteront donc les 29 juin et 6 juillet.

Les électeurs votent pour élire les 577 députés français, dans 577 circonscriptions. Il y actuellement 539 circonscriptions en France métropolitaine, 19 dans les départements et régions d’outre-mer, 8 dans les collectivités d’outre-mer et 11 pour les Français de l’étranger. Chaque député représente au niveau national les électeurs de sa circonscription.

Pour voter, il faut :
➥ être de nationalité française,
➥ jouir de ses droits civils et politiques,
➥ être âgé d’au moins 18 ans,
➥ être inscrit sur les listes électorales.
Les personnes qui n’étaient pas inscrites sur les listes électorales le lundi 10 juin ne peuvent pas voter. En revanche, celles qui fêtent leurs 18 ans d’ici au 29 juin inclus, veille du premier tour, peuvent bien participer au vote, leur inscription sur les listes électorales étant automatique, à condition d’avoir fait le recensement citoyen à 16 ans.

L’élection se fait au scrutin uninominal majoritaire à deux tours dans les circonscriptions.
➥ Pour être élu au premier tour, un candidat doit obtenir 50% des suffrages exprimés et un nombre de voix au moins égal à 25% du nombre des électeurs inscrits.
➥ Si aucun des candidats ne remplit ces conditions, les deux arrivés en tête sont auto­matiquement qualifiés pour un second tour. Et ceux qui dépassent 12,5% des inscrits – même en troisième ou quatrième position – peuvent se maintenir au second tour. Au second tour, est élu celui qui remporte le plus de voix, quelle que soit la participation.

Les députés sont élus pour cinq ans, sauf en cas de dissolution de l’Assemblée nationale par le Président de la République, qui dispose du pouvoir de provoquer des élections anticipées. Mais, même dans ce cas, l’article 12 de la Constitution précise qu’il « ne peut être procédé à une nouvelle dissolution dans l’année qui suit ces élections ». Chaque candidat désigne un suppléant qui peut le remplacer s’il ne peut plus exercer son mandat ou si, par exemple, il rentre au gouvernement.

Les députés, avec les sénateurs, forment le pouvoir législatif : ce sont eux qui rédigent et votent les lois. Ils peuvent aussi saisir le Conseil constitutionnel afin d’en vérifier la constitutionnalité. Ils ont enfin un pouvoir de contrôle de l’exécutif, qui peut aller jusqu’au vote d’une motion de censure pour renverser le gouvernement.

Députés comme sénateurs touchent une indemnité mensuelle de 7637,39 euros bruts par mois, alignée sur le traitement des très hauts fonctionnaires du Conseil d’État. Cette rémunération permet « à tout citoyen de pouvoir prétendre entrer au Parlement et garantit aux élus les moyens de se consacrer, en toute indépendance, aux fonctions dont ils sont investis », souligne le site de l’Assemblée nationale. D’autres moyens sont fournis pour « leur permettre d’exercer leur mandat » : des frais de mandat et un crédit affecté à la rémunération de collaborateurs.

Le député bénéficie d’un « statut protecteur », destiné à « lui assurer l’indépendance et la liberté d’expression nécessaires à l’exercice de son mandat », donc d’éviter la corruption. Cela passe par l’immunité parlementaire durant son mandat. Comme l’indique la Constitution, « aucun membre du parlement ne peut être poursuivi, recherché, arrêté, détenu ou jugé à l’occasion des opinions ou votes émis par lui dans l’exercice de ses fonctions ». Un député ne peut pas faire l’objet d’une arrestation ou de toute autre mesure privative ou restrictive de liberté (contrôle judiciaire) sans l’autorisation du Bureau, sauf les cas de crime ou délit flagrant, ou de condamnation définitive. Parallèlement, un député ne peut pas cumuler certaines fonctions (sénateur, ministre, avocat…) avec son mandat.

Oui. Le statut du député le protège légalement, donc en contrepartie, il doit la transparence à ses électeurs et à l’Assemblée. Le député doit ainsi déclarer son patrimoine en début et en fin de mandat, afin de vérifier que son exercice n’a pas été source d’enrichissement. Il doit aussi effectuer une déclaration d’intérêts et d’activités, également publique, afin de vérifier la compatibilité entre le mandat parlementaire et une activité professionnelle.

Depuis la publication du décret de dissolution de l’Assemblée nationale, il n’y a plus de députés élus. Les textes en cours d’examen et non adoptés deviennent caducs comme le projet de loi sur la fin de vie. Après les législatives, l’Assemblée nationale se réunira « de plein droit le deuxième jeudi qui suit son élection », donc le 18 juillet. Si cette réunion a lieu en dehors de la période prévue pour la session ordinaire, « une session est ouverte de droit pour une durée de quinze jours ».

Pour vous tenir informés, cet article autour du sujet « Les ALBRES », vous est fourni par les-albres.fr. Cette chronique a été reproduite de la manière la plus complète qui soit. Vous pouvez écrire en utilisant les coordonnées inscrites sur le site web pour indiquer des détails sur ce contenu sur le thème « Les ALBRES ». La raison d’être de les-albres.fr est de discuter autour de Les ALBRES dans la transparence en vous donnant la connaissance de tout ce qui est publié sur ce thème sur la toile Dans les prochaines heures notre équipe publiera d’autres infos autour du sujet « Les ALBRES ». Alors, visitez de manière régulière notre site.

Résultats élections européennes 2024 – Lanuéjouls

Le président de la République a fixé le premier tour des élections législatives au dimanche 30 juin, soit tout juste 20 jours après le décret de dissolution de l’Assemblée nationale. Le second tour, dans les circonscriptions où aucun député n’aura été élu au premier tour, aura lieu une semaine plus tard, le dimanche 7 juillet. Seule exception : à cause du décalage horaire, les électeurs sont convoqués avec 24 heures d’avance dans certains territoires d’Outre-Mer, comme la Guadeloupe, la Martinique ou la Guyane. Ils voteront donc les 29 juin et 6 juillet.

Les électeurs votent pour élire les 577 députés français, dans 577 circonscriptions. Il y actuellement 539 circonscriptions en France métropolitaine, 19 dans les départements et régions d’outre-mer, 8 dans les collectivités d’outre-mer et 11 pour les Français de l’étranger. Chaque député représente au niveau national les électeurs de sa circonscription.

Pour voter, il faut :
➥ être de nationalité française,
➥ jouir de ses droits civils et politiques,
➥ être âgé d’au moins 18 ans,
➥ être inscrit sur les listes électorales.
Les personnes qui n’étaient pas inscrites sur les listes électorales le lundi 10 juin ne peuvent pas voter. En revanche, celles qui fêtent leurs 18 ans d’ici au 29 juin inclus, veille du premier tour, peuvent bien participer au vote, leur inscription sur les listes électorales étant automatique, à condition d’avoir fait le recensement citoyen à 16 ans.

L’élection se fait au scrutin uninominal majoritaire à deux tours dans les circonscriptions.
➥ Pour être élu au premier tour, un candidat doit obtenir 50% des suffrages exprimés et un nombre de voix au moins égal à 25% du nombre des électeurs inscrits.
➥ Si aucun des candidats ne remplit ces conditions, les deux arrivés en tête sont auto­matiquement qualifiés pour un second tour. Et ceux qui dépassent 12,5% des inscrits – même en troisième ou quatrième position – peuvent se maintenir au second tour. Au second tour, est élu celui qui remporte le plus de voix, quelle que soit la participation.

Les députés sont élus pour cinq ans, sauf en cas de dissolution de l’Assemblée nationale par le Président de la République, qui dispose du pouvoir de provoquer des élections anticipées. Mais, même dans ce cas, l’article 12 de la Constitution précise qu’il « ne peut être procédé à une nouvelle dissolution dans l’année qui suit ces élections ». Chaque candidat désigne un suppléant qui peut le remplacer s’il ne peut plus exercer son mandat ou si, par exemple, il rentre au gouvernement.

Les députés, avec les sénateurs, forment le pouvoir législatif : ce sont eux qui rédigent et votent les lois. Ils peuvent aussi saisir le Conseil constitutionnel afin d’en vérifier la constitutionnalité. Ils ont enfin un pouvoir de contrôle de l’exécutif, qui peut aller jusqu’au vote d’une motion de censure pour renverser le gouvernement.

Députés comme sénateurs touchent une indemnité mensuelle de 7637,39 euros bruts par mois, alignée sur le traitement des très hauts fonctionnaires du Conseil d’État. Cette rémunération permet « à tout citoyen de pouvoir prétendre entrer au Parlement et garantit aux élus les moyens de se consacrer, en toute indépendance, aux fonctions dont ils sont investis », souligne le site de l’Assemblée nationale. D’autres moyens sont fournis pour « leur permettre d’exercer leur mandat » : des frais de mandat et un crédit affecté à la rémunération de collaborateurs.

Le député bénéficie d’un « statut protecteur », destiné à « lui assurer l’indépendance et la liberté d’expression nécessaires à l’exercice de son mandat », donc d’éviter la corruption. Cela passe par l’immunité parlementaire durant son mandat. Comme l’indique la Constitution, « aucun membre du parlement ne peut être poursuivi, recherché, arrêté, détenu ou jugé à l’occasion des opinions ou votes émis par lui dans l’exercice de ses fonctions ». Un député ne peut pas faire l’objet d’une arrestation ou de toute autre mesure privative ou restrictive de liberté (contrôle judiciaire) sans l’autorisation du Bureau, sauf les cas de crime ou délit flagrant, ou de condamnation définitive. Parallèlement, un député ne peut pas cumuler certaines fonctions (sénateur, ministre, avocat…) avec son mandat.

Oui. Le statut du député le protège légalement, donc en contrepartie, il doit la transparence à ses électeurs et à l’Assemblée. Le député doit ainsi déclarer son patrimoine en début et en fin de mandat, afin de vérifier que son exercice n’a pas été source d’enrichissement. Il doit aussi effectuer une déclaration d’intérêts et d’activités, également publique, afin de vérifier la compatibilité entre le mandat parlementaire et une activité professionnelle.

Depuis la publication du décret de dissolution de l’Assemblée nationale, il n’y a plus de députés élus. Les textes en cours d’examen et non adoptés deviennent caducs comme le projet de loi sur la fin de vie. Après les législatives, l’Assemblée nationale se réunira « de plein droit le deuxième jeudi qui suit son élection », donc le 18 juillet. Si cette réunion a lieu en dehors de la période prévue pour la session ordinaire, « une session est ouverte de droit pour une durée de quinze jours ».

Pour vous tenir informés, cet article autour du sujet « Les ALBRES », vous est fourni par les-albres.fr. Cette chronique a été reproduite de la manière la plus complète qui soit. Vous pouvez écrire en utilisant les coordonnées inscrites sur le site web pour indiquer des détails sur ce contenu sur le thème « Les ALBRES ». La raison d’être de les-albres.fr est de discuter autour de Les ALBRES dans la transparence en vous donnant la connaissance de tout ce qui est publié sur ce thème sur la toile Dans les prochaines heures notre équipe publiera d’autres infos autour du sujet « Les ALBRES ». Alors, visitez de manière régulière notre site.

Résultats élections législatives 2024 – 2ème tour – 2e circonscription – Sanvensa

Le président de la République a fixé le premier tour des élections législatives au dimanche 30 juin, soit tout juste 20 jours après le décret de dissolution de l’Assemblée nationale. Le second tour, dans les circonscriptions où aucun député n’aura été élu au premier tour, aura lieu une semaine plus tard, le dimanche 7 juillet. Seule exception : à cause du décalage horaire, les électeurs sont convoqués avec 24 heures d’avance dans certains territoires d’Outre-Mer, comme la Guadeloupe, la Martinique ou la Guyane. Ils voteront donc les 29 juin et 6 juillet.

Les électeurs votent pour élire les 577 députés français, dans 577 circonscriptions. Il y actuellement 539 circonscriptions en France métropolitaine, 19 dans les départements et régions d’outre-mer, 8 dans les collectivités d’outre-mer et 11 pour les Français de l’étranger. Chaque député représente au niveau national les électeurs de sa circonscription.

Pour voter, il faut :
➥ être de nationalité française,
➥ jouir de ses droits civils et politiques,
➥ être âgé d’au moins 18 ans,
➥ être inscrit sur les listes électorales.
Les personnes qui n’étaient pas inscrites sur les listes électorales le lundi 10 juin ne peuvent pas voter. En revanche, celles qui fêtent leurs 18 ans d’ici au 29 juin inclus, veille du premier tour, peuvent bien participer au vote, leur inscription sur les listes électorales étant automatique, à condition d’avoir fait le recensement citoyen à 16 ans.

L’élection se fait au scrutin uninominal majoritaire à deux tours dans les circonscriptions.
➥ Pour être élu au premier tour, un candidat doit obtenir 50% des suffrages exprimés et un nombre de voix au moins égal à 25% du nombre des électeurs inscrits.
➥ Si aucun des candidats ne remplit ces conditions, les deux arrivés en tête sont auto­matiquement qualifiés pour un second tour. Et ceux qui dépassent 12,5% des inscrits – même en troisième ou quatrième position – peuvent se maintenir au second tour. Au second tour, est élu celui qui remporte le plus de voix, quelle que soit la participation.

Les députés sont élus pour cinq ans, sauf en cas de dissolution de l’Assemblée nationale par le Président de la République, qui dispose du pouvoir de provoquer des élections anticipées. Mais, même dans ce cas, l’article 12 de la Constitution précise qu’il « ne peut être procédé à une nouvelle dissolution dans l’année qui suit ces élections ». Chaque candidat désigne un suppléant qui peut le remplacer s’il ne peut plus exercer son mandat ou si, par exemple, il rentre au gouvernement.

Les députés, avec les sénateurs, forment le pouvoir législatif : ce sont eux qui rédigent et votent les lois. Ils peuvent aussi saisir le Conseil constitutionnel afin d’en vérifier la constitutionnalité. Ils ont enfin un pouvoir de contrôle de l’exécutif, qui peut aller jusqu’au vote d’une motion de censure pour renverser le gouvernement.

Députés comme sénateurs touchent une indemnité mensuelle de 7637,39 euros bruts par mois, alignée sur le traitement des très hauts fonctionnaires du Conseil d’État. Cette rémunération permet « à tout citoyen de pouvoir prétendre entrer au Parlement et garantit aux élus les moyens de se consacrer, en toute indépendance, aux fonctions dont ils sont investis », souligne le site de l’Assemblée nationale. D’autres moyens sont fournis pour « leur permettre d’exercer leur mandat » : des frais de mandat et un crédit affecté à la rémunération de collaborateurs.

Le député bénéficie d’un « statut protecteur », destiné à « lui assurer l’indépendance et la liberté d’expression nécessaires à l’exercice de son mandat », donc d’éviter la corruption. Cela passe par l’immunité parlementaire durant son mandat. Comme l’indique la Constitution, « aucun membre du parlement ne peut être poursuivi, recherché, arrêté, détenu ou jugé à l’occasion des opinions ou votes émis par lui dans l’exercice de ses fonctions ». Un député ne peut pas faire l’objet d’une arrestation ou de toute autre mesure privative ou restrictive de liberté (contrôle judiciaire) sans l’autorisation du Bureau, sauf les cas de crime ou délit flagrant, ou de condamnation définitive. Parallèlement, un député ne peut pas cumuler certaines fonctions (sénateur, ministre, avocat…) avec son mandat.

Oui. Le statut du député le protège légalement, donc en contrepartie, il doit la transparence à ses électeurs et à l’Assemblée. Le député doit ainsi déclarer son patrimoine en début et en fin de mandat, afin de vérifier que son exercice n’a pas été source d’enrichissement. Il doit aussi effectuer une déclaration d’intérêts et d’activités, également publique, afin de vérifier la compatibilité entre le mandat parlementaire et une activité professionnelle.

Depuis la publication du décret de dissolution de l’Assemblée nationale, il n’y a plus de députés élus. Les textes en cours d’examen et non adoptés deviennent caducs comme le projet de loi sur la fin de vie. Après les législatives, l’Assemblée nationale se réunira « de plein droit le deuxième jeudi qui suit son élection », donc le 18 juillet. Si cette réunion a lieu en dehors de la période prévue pour la session ordinaire, « une session est ouverte de droit pour une durée de quinze jours ».

Pour vous tenir informés, cet article autour du sujet « Les ALBRES », vous est fourni par les-albres.fr. Cette chronique a été reproduite de la manière la plus complète qui soit. Vous pouvez écrire en utilisant les coordonnées inscrites sur le site web pour indiquer des détails sur ce contenu sur le thème « Les ALBRES ». La raison d’être de les-albres.fr est de discuter autour de Les ALBRES dans la transparence en vous donnant la connaissance de tout ce qui est publié sur ce thème sur la toile Dans les prochaines heures notre équipe publiera d’autres infos autour du sujet « Les ALBRES ». Alors, visitez de manière régulière notre site.

Résultats élections législatives 2024 – 2ème tour – 2e circonscription – Naucelle

Le président de la République a fixé le premier tour des élections législatives au dimanche 30 juin, soit tout juste 20 jours après le décret de dissolution de l’Assemblée nationale. Le second tour, dans les circonscriptions où aucun député n’aura été élu au premier tour, aura lieu une semaine plus tard, le dimanche 7 juillet. Seule exception : à cause du décalage horaire, les électeurs sont convoqués avec 24 heures d’avance dans certains territoires d’Outre-Mer, comme la Guadeloupe, la Martinique ou la Guyane. Ils voteront donc les 29 juin et 6 juillet.

Les électeurs votent pour élire les 577 députés français, dans 577 circonscriptions. Il y actuellement 539 circonscriptions en France métropolitaine, 19 dans les départements et régions d’outre-mer, 8 dans les collectivités d’outre-mer et 11 pour les Français de l’étranger. Chaque député représente au niveau national les électeurs de sa circonscription.

Pour voter, il faut :
➥ être de nationalité française,
➥ jouir de ses droits civils et politiques,
➥ être âgé d’au moins 18 ans,
➥ être inscrit sur les listes électorales.
Les personnes qui n’étaient pas inscrites sur les listes électorales le lundi 10 juin ne peuvent pas voter. En revanche, celles qui fêtent leurs 18 ans d’ici au 29 juin inclus, veille du premier tour, peuvent bien participer au vote, leur inscription sur les listes électorales étant automatique, à condition d’avoir fait le recensement citoyen à 16 ans.

L’élection se fait au scrutin uninominal majoritaire à deux tours dans les circonscriptions.
➥ Pour être élu au premier tour, un candidat doit obtenir 50% des suffrages exprimés et un nombre de voix au moins égal à 25% du nombre des électeurs inscrits.
➥ Si aucun des candidats ne remplit ces conditions, les deux arrivés en tête sont auto­matiquement qualifiés pour un second tour. Et ceux qui dépassent 12,5% des inscrits – même en troisième ou quatrième position – peuvent se maintenir au second tour. Au second tour, est élu celui qui remporte le plus de voix, quelle que soit la participation.

Les députés sont élus pour cinq ans, sauf en cas de dissolution de l’Assemblée nationale par le Président de la République, qui dispose du pouvoir de provoquer des élections anticipées. Mais, même dans ce cas, l’article 12 de la Constitution précise qu’il « ne peut être procédé à une nouvelle dissolution dans l’année qui suit ces élections ». Chaque candidat désigne un suppléant qui peut le remplacer s’il ne peut plus exercer son mandat ou si, par exemple, il rentre au gouvernement.

Les députés, avec les sénateurs, forment le pouvoir législatif : ce sont eux qui rédigent et votent les lois. Ils peuvent aussi saisir le Conseil constitutionnel afin d’en vérifier la constitutionnalité. Ils ont enfin un pouvoir de contrôle de l’exécutif, qui peut aller jusqu’au vote d’une motion de censure pour renverser le gouvernement.

Députés comme sénateurs touchent une indemnité mensuelle de 7637,39 euros bruts par mois, alignée sur le traitement des très hauts fonctionnaires du Conseil d’État. Cette rémunération permet « à tout citoyen de pouvoir prétendre entrer au Parlement et garantit aux élus les moyens de se consacrer, en toute indépendance, aux fonctions dont ils sont investis », souligne le site de l’Assemblée nationale. D’autres moyens sont fournis pour « leur permettre d’exercer leur mandat » : des frais de mandat et un crédit affecté à la rémunération de collaborateurs.

Le député bénéficie d’un « statut protecteur », destiné à « lui assurer l’indépendance et la liberté d’expression nécessaires à l’exercice de son mandat », donc d’éviter la corruption. Cela passe par l’immunité parlementaire durant son mandat. Comme l’indique la Constitution, « aucun membre du parlement ne peut être poursuivi, recherché, arrêté, détenu ou jugé à l’occasion des opinions ou votes émis par lui dans l’exercice de ses fonctions ». Un député ne peut pas faire l’objet d’une arrestation ou de toute autre mesure privative ou restrictive de liberté (contrôle judiciaire) sans l’autorisation du Bureau, sauf les cas de crime ou délit flagrant, ou de condamnation définitive. Parallèlement, un député ne peut pas cumuler certaines fonctions (sénateur, ministre, avocat…) avec son mandat.

Oui. Le statut du député le protège légalement, donc en contrepartie, il doit la transparence à ses électeurs et à l’Assemblée. Le député doit ainsi déclarer son patrimoine en début et en fin de mandat, afin de vérifier que son exercice n’a pas été source d’enrichissement. Il doit aussi effectuer une déclaration d’intérêts et d’activités, également publique, afin de vérifier la compatibilité entre le mandat parlementaire et une activité professionnelle.

Depuis la publication du décret de dissolution de l’Assemblée nationale, il n’y a plus de députés élus. Les textes en cours d’examen et non adoptés deviennent caducs comme le projet de loi sur la fin de vie. Après les législatives, l’Assemblée nationale se réunira « de plein droit le deuxième jeudi qui suit son élection », donc le 18 juillet. Si cette réunion a lieu en dehors de la période prévue pour la session ordinaire, « une session est ouverte de droit pour une durée de quinze jours ».

Pour vous tenir informés, cet article autour du sujet « Les ALBRES », vous est fourni par les-albres.fr. Cette chronique a été reproduite de la manière la plus complète qui soit. Vous pouvez écrire en utilisant les coordonnées inscrites sur le site web pour indiquer des détails sur ce contenu sur le thème « Les ALBRES ». La raison d’être de les-albres.fr est de discuter autour de Les ALBRES dans la transparence en vous donnant la connaissance de tout ce qui est publié sur ce thème sur la toile Dans les prochaines heures notre équipe publiera d’autres infos autour du sujet « Les ALBRES ». Alors, visitez de manière régulière notre site.

Capdenac-Gare. L’ADMR recrute

L’association ADMR du Pays de Capdenac est à la recherche d’un nouveau salarié pour le poste d’aide à domicile. L’ADMR de l’Aveyron est un réseau de 47 associations réparties sur le département. Celle de Capdenac intervient sur les communes suivantes : Asprières, Balaguier-d’Olt, Bouillac, Capdenac-Gare, Causse-et-Diège, Foissac, Les Albres, Naussac, Salles-Courbatiès, Sonnac, et est animée par une équipe de bénévoles qui encadrent une équipe de salariés. Elle développe des prestations adaptées auprès des familles, des personnes âgées et/ou en situations de handicap. Il s’agit pour la nouvelle recrue d’assurer l’entretien de logements, d’accompagner des personnes dans leur vie quotidienne (courses, sorties, rendez-vous… etc), et de favoriser ainsi l’autonomie et le maintien du lien social. L’association recherche hommes ou femmes ayant le sens de l’écoute, de la discrétion et de la bienveillance, tout en présentant des qualités d’autonomie, d’organisation et d’adaptation. Les débutants sont acceptés, sachant que le poste est à pourvoir au plus vite, en CDD ou CDI, avec jusqu’à 35 heures de travail par semaine, sur la commune de Capdenac-Gare et ses environs. Candidature à adresser par mail : capdenac@fede12.admr.org ou par téléphone : 05 65 80 81 16.

Pour vous tenir informés, cet article autour du sujet « Les ALBRES », vous est fourni par les-albres.fr. Cette chronique a été reproduite de la manière la plus complète qui soit. Vous pouvez écrire en utilisant les coordonnées inscrites sur le site web pour indiquer des détails sur ce contenu sur le thème « Les ALBRES ». La raison d’être de les-albres.fr est de discuter autour de Les ALBRES dans la transparence en vous donnant la connaissance de tout ce qui est publié sur ce thème sur la toile Dans les prochaines heures notre équipe publiera d’autres infos autour du sujet « Les ALBRES ». Alors, visitez de manière régulière notre site.